Soapacadabra!

20 janvier 2011

Les acides gras en détail - 1: L'acide stéarique

acide__20stearique

Acide gras naturellement présent dans de nombreux beurres et huiles végétaux (Karité, Cacao, Palme), l'acide stéarique s'utilise surtout comme facteur de consistance pour épaissir vos préparations cosmétiques, enrichir et stabiliser les émulsions, durcir les baumes, mais aussi les savons.

Propriétés :

  • Epaississant, voire durcissant dans les baumes et les sticks

  • Emollient : apporte douceur et onctuosité aux formules

  • Nourrissant

  • Protecteur (filmogène)

  • Co-émulsifiant : participe à l'émulsification et améliore la stabilité des émulsions

  • Apporte de la dureté aux savons

  • Facteur de consistance dans les bougies

L'acide stéarique (du grec « stear », qui signifie graisse) est aussi appelé acide octadécanoïque.

Chimiquement parlant, c'est un acide gras à chaîne longue, qu'on symbolise par les nombres 18:0 pour indiquer qu'il a 18 atomes de carbone et aucune liaison covalente double : c'est un acide gras saturé. A température ambiante, il forme un solide blanc. Sa température de fusion est d'environ 70 °C.

Sa formule chimique semi-developpée est :

CH3-[CH2]16-COOH

Petite astuce:

Il est possible de préparer des "beurres" végétaux, avec l'huile de votre choix (olive, sésame, jojoba, amande...) en utilisant de l'acide stéarique et de l'alcool cétylique. L'acide stéarique permet surtout d'épaissir l'huile, tout en apportant un toucher très doux légèrement cireux, tandis que l'alcool cétylique donne un aspect plus onctueux (sinon l'acide stéarique tend à cristalliser un peu "en feuillets"), et un toucher plus riche, plus gras, mais apporte moins de dureté. En modulant les quantités d'huile, d'acide stéarique et d'alcool cétylique, il est donc possible de varier la texture, la consistance et le toucher du beurre obtenu.

la recette: parfum solide "Hot Spicy" (source)

images

 Concrète de parfum "Hot Spicy" (S. Macheteau)

Une concrète de parfum unisexe pour une parfaite bio alchimie des corps !

Contenant conseillé : petit pot de 9 ml

  • 5 g d'huile de camélia
  • 2 g de beurre de karité
  • 2 g d’acide stéarique (émulsifiant naturel)
  • 20 gouttes d’huiles essentielles réparties de la manière suivante
  • 5 gouttes de poivre noir
  • 5 gouttes de noix de muscade
  • 3 gouttes de gingembre
  • 2 gouttes de cannelle
  • 5 gouttes de pamplemousse

Préparation : Faire chauffer à feu très doux au bain-marie l'huile de camélia, le beurre de karité et l’acide stéarique au bain-marie jusqu'à ce que la cire soit fondue. Retirer du feu. Ajouter les gouttes d’huiles essentielles puis mélanger rapidement avec un petit fouet et verser dans le petit pot.

Posté par Missrimel dans - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Les acides gras en détail - 1: L'acide stéarique

    bonjour je découvre ton blog, il est super, hop dans mes favoris

    Posté par coco, 14 mars 2011 à 22:26 | | Répondre
  • C'est vraiment très intéressant.
    Merci

    Posté par Lilydine, 30 mars 2011 à 16:32 | | Répondre
  • merci pour cet article très intéressant, comme tous! Juste une question je realise souvent mes beurres avec 60% d'HV, 30% d'acide stéarique et 10% d'OH cétylique mais je n'ai jamais osé les utiliser en saponification de peur que l'indice de saponification ne soit pas le même que pour les beurres achetés tels quels et que les dosages de soude soient faussés...Est ce justifié?
    Encore merci, bravo et tout et tout!

    Posté par Julia, 03 juillet 2014 à 12:52 | | Répondre
    • Coucou Julia!
      J'ai trouvé ta question vraiment très pertinente, du coup je me suis permise d'y répondre à travers un article, qui m'a permis de détailler un peu plus le calcul : http://www.soapacadabra.fr/archives/2014/07/07/30210741.html
      Merci encore pour ton commentaire très sympa et vraiment enrichissant, qui m'a permis d'approfondir la notion d'indice d'acide et d'indice de saponification. C'est grâce à ce genre de remarque que l'on avance et que l'on progresse ^-^
      Bises!

      Posté par Missrimel, 07 juillet 2014 à 22:38 | | Répondre
Nouveau commentaire