Soapacadabra!

24 avril 2011

La fleur de tiaré: un petit clin d'oeil à Tahiti avant la publication de ma participation au concours de la Cosmetic Academy...

pt19474

 

Je vous l'ai dit l'autre jour, en ce moment, ici, ça tourne à l'heure de Tahiti et du concours de la Cosmetic academy!

Après vous avoir parlé un peu de l'huile de  Monoï, ses propriétés, son histoire, je vous propose aujourd'hui, en avant-goût et  histoire de ménager encore un peu le suspens, un petit topo sur LA fleur emblématique de la Polynésie française, celle qui réhausse délicatement la beauté des tahitiennes quand elles la portent au creux de leur oreille: j'ai nommé la superbe fleur de tiaré.

 

La fleur de tiaré tahiti: à la base du Monoï

 

c2283b9ac39c6623a2f31e82252c9e90

 

Seul le résultat de la macération du tiare tahiti dans l'huile de coco peut porter le nom de MONOI.

 

Le Tiaré Tahiti est un arbuste donnant des fleurs tout au long de l’année. Ses fleurs régulières d’un blanc neigeux se détachent par contraste sur le vert profond des feuilles vernissées à bords lisses. Son parfum unique est puissant et suave. Il rappelle le Gardénia, la Tubéreuse avec des aspects de fleurs de Pommier.

 

Ainsi, de véritables plantations de tiare ont vu le jour en Polynésie. Au petit matin, les fleurs encore en boutons sont cueillies à la main puis délicatement enveloppées dans les feuilles de tiare (tiare puohi) pour le transport vers le lieu de macération. Là, les fleurs fraîches sont débarrassées de leur pistil et les pétales mises dans l'huile de coprah raffinée pendant un minimum de 15 jours à raison de 12 fleurs par litre d'huile.

 

Cette étape, appelée l'enfleurage, va permettre aux fleurs de libérer leurs senteurs et leurs composés dans l'huile et ainsi amorcer la fabuleuse alchimie aboutissant au parfum inégalable du Monoï.

 

Il faut savoir que le Tiaré Tahiti est l’une des plantes les plus importantes de la pharmacopée traditionnelle de Polynésie française, le Raau Tahiti. L’ouvrage de référence « Plantes utiles de Polynésie », du docteur Paul Pétard (éditions Haere Po No Tahiti) la cite notamment dans le traitement des migraines, des maux d’oreille, le soin des plaies ou de certains eczémas.

 

Et maintenant, un petit teasing sur le produit que j'ai synthétisé pour le concours... Il me faut pour cela vous parler de l'une des nombreuses espèces de tiaré présentes en Polynésie française... J'ai nommé:

 

Le tiaré Apetahi

 

HUa_tiare_apetahi

 

Si le monoï de Tahiti est préparé avec le tiaré « Tahiti », une multitude d’autres variétés de cette fleur existe en Polynésie. Il en est à cinq, six ou huit pétales. Il en existe aux fleurs blanches, nacrées, ourlées de rose ou de rouge… Et il est présent dans tous les jardins de Polynésie, dans tous les espaces publics et, bien sûr, dans la nature, à chaque coin de rue.

 

Mais le Tiare dit « Apetahi » ne ressemble à aucun autre

 

Le Tiare Apetahi est unique, d’abord parce qu’il est endémique d’un petit bout de montagne de l’île de Raiatea, il n’y a que là-bas qu’on peut le trouver.

Mais il l’est aussi par sa forme unique et très particulière

 

Alors que tous les autres tiares connus présentent une corolle circulaire fermée, le Tiare Apetahi fait penser à une main ouverte, les cinq doigts écartés.

 

Il l’est également par le nombre de ses pétales : alors que les autres ont un nombre pair de pétales, lui en a invariablement cinq.

 

Mais le problème, c’est que cette rareté et cette particularité fait son malheur.

En effet, le Tiare Apetahi est en voie de disparition. Les chiffres sont terrifiants : en octobre 2008, seuls cinq plants subsistaient sur le plateau du Temehanirahi. Il se dit que quelque deux cents plants seraient préservés dans une réserve naturelle interdite au public, mais cette information n’est pas vérifiée. Elle est d’autant plus sujette à caution que toutes les tentatives, sans exception, de faire pousser cette fleur étonnante ailleurs que dans son micro environnement naturel ont échoué.

 

Bien sûr, parmi les responsables de cette catastrophe écologique (parmi tellement d’autres), il y a la pollution et les changements climatiques. Mais les véritables responsables sont, d’abord, les promeneurs qui les cueillent pour leur plaisir égoïste et inconscient. Ensuite et surtout, le Tiare Apetahi est victime des braconniers qui revendent cette fleur unique et symbole de l'île de Raiatea.

 

Pour sauver cette fleur de tiaré rare et particulière, des associations ont vu le jour. Leur travail a commencé par la sensibilisation de la population de l’île, la création d’un espace protégé, des excursions avec un guide connaissant parfaitement la fleur, et chargé autant de la protéger des visiteurs que de former ces derniers pour qu’ils deviennent, eux aussi, des défenseurs de cette fleur somptueuse. Si cette action commence à porter ses fruits, la fleur n’en reste pas moins une espèce fragile, qu’il faut savoir respecter pour la préserver d’une disparition imminente

 

En parler peut, peut-être, aider aussi à la faire connaître, et à augmenter ainsi la vigilance des touristes à Raiatea... C'est ce que j'ai essayé de faire...

 

La suite au prochain épisode!  ;-)

Posté par Missrimel dans - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur La fleur de tiaré: un petit clin d'oeil à Tahiti avant la publication de ma participation au concours de la Cosmetic Academy...

  • Je protègerez cette fleur.

    Posté par free, 26 avril 2014 à 12:25 | | Répondre
Nouveau commentaire